Nox Aeterna

La guerre est enfin finie. Harry Potter et Lord Voldemort y ont néanmoins laissé la vie. Tout semble être rentré dans l'ordre. Mais est-ce vraiment le cas...?
 

Partagez | 
 

 Fergus A. MacTavish

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Fergus A. MacTavish   Sam 14 Juin - 22:04

Fergus Archibald MacTavish


► Âge : 16 ans
► Né le : 03/06/1983
► Né à : Kirkwall, Ecosse.
► Maison : Serpentard & Serdaigle.
► Année d'étude : Sixième.
► Baguette : 29 cm. Bois de Saule, ventricule de dragon. Assez rigide.
► Avatar : Richard Harmon

Famille et relations
William, le géniteur de Fergus, était un fabricant de composants et de systèmes d’horlogerie magique élémentaire. Ancien spécialiste des mécanismes d’imbrications tourbillonnants et rouages relatifs ès sorcellerie. Sous l’égide de cette appellation barbare et grandiloquente se présente en vérité une savance peu pointue que l’exploration, la diversité et la recherche n’ont fait que frôler et appréhender, tant les dispositions et les fonctionnalités sont multiples. Il avait abandonné cette dernière branche, bien trop complexe pour lui. Il fut appelé contre son bon vouloir, comme beaucoup d’autres pères et mères de famille, à venir châtier les infidèles lors des rafles lancées en 1997. Dans le camp du Seigneur des Ténèbres, pour sûr. Sa femme, alors agent d’entretien à Sainte-Mangouste, observa la neutralité, prétextant que l’implication de son mari était déjà suffisante. Et aussi car elle était moins talentueuse encore que son mari. Une lâcheté maladive, de rigueur dans la famille, s’est transmise au fil des générations malgré l’impureté sanguine de la lignée. MacTavish étant à l’origine un nom de clan écossais moldu.

Les aïeuls du jeune homme sont peu connus dans le monde sorcier malgré leur tendance très prononcée au déséquilibre mental. Ainsi la généalogie remonte bien avant l’époque victorienne. Le grand livre, sorte de relique familiale, y consigne les faits marquants. De l’union décadente entre un oncle éloigné et une femelle gobelin à celle proscrite et incestueuse d’un vieux gentilhomme avec l’une de ses descendantes. Quantité de forfaits au style enlevé et incongru parsèment donc ce livre. Par exemple les méfaits d’un fétichiste anti-farfadet ou les provocations en duel d’un nudiste bossu envers le peuple centaure. Ermites, sectaires, pseudos-expérimentalistes ou allumés du verbe, et autres illuminés, se sont donc succédé à la barre du navire patriarcal, empruntant des caps aux azimuts inattendus.

Le décès du paternel fut donc un épisode pronostiqué à cinq contre un. Il eut lieu dès les premières rafles des suites d’un accès de colère d’un hippogriffe monté par un fuyard lambda qui le chargea sans alentir, quasi-immunisé aux sortilèges reçus, et qui attarda quelques virulents coups de becs et de griffes jusqu’à ce que mort s’en suive. Une léthargie presque immédiate foudroya Meredith MacTavish à l’annonce du trépas de son concubin. Un traumatisme répercuté à l’état physique. Pour vaincre cette catatonie, le propre grand-oncle de Fergus s’installa en lieu et place dans le pavillon délabré et poussiéreux des MacTavish. Jarvis Lester était un ancien membre de Sainte-mangouste, désormais à la retraite à cause de sa surdité partielle affectant son quotidien. Il était jadis guérisseur et expert des scrofulites. Mais pas vraiment un éminent médicomage. Bien qu’invité sous le toit de sa filleule et de son petit-filleul, il semble plus préoccupé par l’infestation gnomique du jardin que par l’instabilité mentale pathologique exhibée sous sa truffe en la personne de la mère de Fergus. Malgré cela, il s’entend (façon de parler) plutôt bien avec notre jeune garçon même si leur relation n’est ni chaleureuse ni démonstrative d’aucune sorte. Plutôt laconique.

Autre membre encore en vie, le grand-père MacTavish : Wilburt. Qui lui, vit en ermite quelque part autour du globe. C'est une espèce de montagne humaine robuste avec une longue barbe noire, grisonnante aux racines et à la calvitie complète. Le genre sacrément barré et imposant. D'aspect plutôt terrifiant, il est en vérité assez inoffensif. Sa dernière lettre provenait de l'île de San Antonio de Pale, dans le golfe de Guinée et elle traitait pendant deux longueurs de parchemin sur une étude poussée : la prétendue apparition d'une race de focifère inconnu. C'est du domaine du délirium plutôt que de celui d'une quête véritable, mais sans surprise concernant Wilburt... Il a toujours été ainsi depuis la mort de sa femme. Bourlinguant par d'étranges endroits sur Terre en suivant la rumeur et les légendes. Une sorte de revanche sur son existence précédente très casanière et sédentaire.

Physique
Fergus n’est pas une gravure de mode. Loin de là. Il a quelque chose de dérangeant inscrit sur le visage, peu importe l’angle de vue qu’on prend. Des traits marqués. Il donne l’impression de ne pas savoir sourire, ou de celui qui a eu très peu de pratique en la matière. Un vulgaire rictus le remplace habilement. Ce qui lui octroie un visage mesquin et austère, peu enclin à un échange spontané magico-ludique. Il préfère porter les cheveux courts. Pas de tresse, de natte ou d’antennes insectoïdes sur le cuir chevelu. Sa seule fantaisie capillaire consiste à s’appliquer en de rares occasions une sorte d’épais cirage-maison, noir et compact, inodore. Il possède dans ses affaires plusieurs boîtes métalliques circulaires de cette étrange mixture précédée du sceau d’un manufacturier canadien, achetées par correspondance. La mention « Pour tout usage, ne pas en abuser » est cependant plutôt vague. Peu musclé, ce n’est point un éphèbe ou autre modèle athlétique courant au biscottos surdéveloppés. Il a les épaules plus larges que le torse et les jambes un brin arquées. Signe récurrent et déductible de l’activité du vol sur balai. Il est d’une taille moyenne pour son âge, peut-être bien légèrement au-dessus mais sa tendance à se déplacer avec le dos voûté (pour mieux exprimer sa tonicité ambiante sûrement) le fait paraître dans la norme. Ses yeux paraissent être mi-clos en permanence mais ils sont surtout un peu renfoncés dans les orbites, ce qui laisse le champ libre à un front jugé proéminent. Il s’habille surtout comme un sorcier. C’est-à-dire plus ou moins n’importe comment même s’il ne s’éloigne pas trop des standards : poncho et treillis militaire. Quoi de plus logique pour un sorcier ?
Caractère
Comme de coutume chez les MacTavish, c’est un lâche. Dans le sens « dégonflé » du terme. Il ne se lancera pas dans un pari stupide ou dans une rixe perdue d’avance. Pas sans une bonne raison, ou contre son gré uniquement. C’est aussi une girouette. Il est plutôt distant avec autrui et a énormément de mal à considérer un camarade comme un potentiel « ami », ou quiconque. Il le verrait plutôt comme un soutien ou un danger selon son estimation. Il fera tout pour esquiver une confrontation inégale qui le laisserait dans la panade. Cela dit, n’étant pas une lumière arborant la science infuse (c’est un adolescent, ne l’oublions pas…) il peut faire preuve d’une intolérance burlesque, sourde et absurde sur beaucoup de sujets et il est capable de s’emporter soudainement si ses nerfs le lâchent, quitte à agir avec une balourdise et une bêtise caractérielle propre à jeune homme sur-hormoné. Très susceptible selon la remarque qu’il lui ait faite, ou s’il est l’objet d’une farce, il ne se gênera pas pour faire sentir son opinion, ou la laisser exploser de façon aléatoire. Ne rien faire ne peut être en aucun cas une option, quitte à s’enfoncer encore plus sur le mauvais chemin.

Il est plutôt adroit de ses mains et sa langue est bien entraînée à force d’observer du recul face à ce qui l’entoure mais la colère peut oblitérer son jugement et le faire réagir d’une manière peu honorable. Il ne se considère pas comme un élève modèle, il veut devenir joueur de Quidditch professionnel. Poursuiveur pour être plus exact. Dans une équipe de la ligue britannique et irlandaise. Si possible dans son équipe préférée : les Faucons de Falmouth. Originellement, il supportait les Pies de Montrose. Car c’était l’équipe dite la meilleure toute catégorie, mais c’était avant que son père disparaisse, avant que sa mère devienne un peu cinglée, avant qu’il prenne conscience que la vie est dure et parfois sans-pitié. Il n’est pas devenu austère. Il l’a toujours été, son physique étant là pour aider à la tâche. Plutôt fataliste et pessimiste, il préfère ne pas s’extasier prématurément devant n’importe quoi. Il reste un garçon influençable, parfois lunaire lorsqu’il se plonge et se noie dans ses introspections. Il a développé une attitude narquoise inhérente à jeunesse, à mi-chemin entre le naturel et le faux-semblant, presque forcée, pour se donner un style d’une part et comme système de défense d’autre part pour cacher son anxiété constante.


Notes

Astronomie : Effort Exceptionnel
Botanique : Désolant
DCFM : Acceptable
Histoire de la Magie : Acceptable
Métamorphose : Acceptable
Potions : Piètre
Sortilèges : Effort Exceptionnel
Arithmancie : Effort Exceptionnel
Etude des runes : Optimal
Histoire
Fergus MacTavish vit depuis toujours à Kirkwall, en Ecosse. Située loin au Nord, il y fait très souvent un temps ingrat, glacé et déplaisant. Ce qui ne gêne pas notre jeune homme, car il préfère les basses températures plutôt que la chaleur. Il s’y sent mieux. Plus à son aise. Il est né dans une maternité moldue à défaut de pouvoir voir le jour sous le toit des ancêtres. « Pour ne pas salir la maison » était la raison officieuse qui avait été proclamée par le père de Fergus.
Il y vécut une enfance simple, insouciante et heureuse, à l’abri dans le cocon familial, pourchassant les gnomes de jardin en riant, pleurant dès qu’il croyait avoir vu une goule sortir des combles du grenier et suivant dès son plus jeune âge les exploits de ses héros préférés : les joueurs de Quidditch. Sa grand-mère était une joueuse de bavboules de son vivant lui avait-on révélé. Un sport sorcier qu’il jugea très rapidement sans intérêt. Préférant cognards et vifs d’or, souafles et acrobaties. Son père étant lui-même un addict de ce sport, c’est tout naturellement qu’il emmenait son fils suivre certains matchs, et son fils devint supporter de la même équipe que son géniteur à barbe, à savoir les Pies de Montrose. Ce n’est que plus tard qu’il se focaliserait sur une autre équipe, plus violente et donc plus intéressante pour un jeune de son âge : les Faucons de Falmouth. Equipe célèbre pour leur jeu brutal. Soyons francs, c’est pour lui le meilleur jeu du monde et il prend une grande place dans sa vie d’adolescent. Aucun sport, surtout pas moldu, ne peut lui arriver à la cheville.

Ses pouvoirs se sont manifestés pour la première fois alors qu’il courait dans sa propre maison étant enfant. Précisons au passage que ce vieux pavillon quasi-insalubre n’est pas vraiment le meilleur cadre de vie pour un enfant. Les ancêtres, dont certains portraits sont accrochés à des pans de murs décrépits, ont à quelques endroits jetés des maléfices encore actifs aujourd’hui. Aussi un tapis mouvant, un lierre chatouilleur, un chandelier lunatique ou un miroir insultant peuvent vous surprendre par leur aspect insolite. Tout comme un escadron de chauves-souris peut surgir d’une armoire si un jeune garçon trop curieux y fourre le museau… Il cria si fort ce jour-là que les chauves-souris se figèrent en l’air, immobiles. Ce qui lui permit de prendre ses jambes à son cou en pleurant une fois qu’il se rendit compte qu’elles ne pouvaient pas l’attaquer. Il avait sept ans lors de cet incident (qui était une nouvelle plutôt bien accueillie par ses parents) et se déplaça pendant deux semaines en ayant en permanence sur lui la batte de Quidditch de son père… avant qu’on ne finit par lui confisquer lorsqu’il s’attaqua à un coussin bondissant, parce qu’il était recouvert de soie.

Il était enchanté à l’idée d’entrer à l’école de sorcellerie. C’était une raison supplémentaire pour flâner dans les rues du Chemin de Traverse, et dans le magasin d’accessoires de Quidditch en espérant y croiser un joueur de grande renommée. Malgré tout cela, il était élevé de façon stricte et disciplinée. Son père, qui travaillait au foyer familial que chacun nommait par réseau de cheminettes « Le bouge à bruine » à cause du brouillard très présent dans la région, s’était occupé d’instruire son fils lors des premières années de son existence, car il n’était pas question de mélanger un MacTavish avec les enfants moldus du coin. Bien que nombre de moldus furent au cours des siècles incorporés par alliance au sein de l’arbre généalogique. MacTavish étant d’ailleurs un nom d’origine moldue que les mages de la famille se sont approprié par alliance. Son père le forma sur plusieurs disciplines : Le calcul et la monnaie sorcière, la lecture et la connaissance du monde sorcier, l’écriture et l’escrime, et bien entendu : le Quidditch.
Il faut préciser que ce n’est pas une famille où l’on dit « je t’aime papa » très souvent, ou l’où on enlace sa mère lors de retrouvailles en la couvrant de baisers. Non, c’est plutôt l’inverse. Les démonstrations d’affections ne sont pas nombreuses, physiquement et verbalement. C’est avec cette lacune qu’ils ont éduqué leur fils, pour le meilleur et pour le pire. C’est entre-autre l’une des raisons qui fera qu’il s’éloignera petit à petit de l’allégeance parental et du besoin d’être couvé. Mais à bien y regarder, cela lui a permis de développer une débrouillardise et une autonomie dans des domaines divers.

Lors de la bataille qui détermina le sort de Poudlard, il était caché dans sa salle commune, à l’abri de tous regards, se sentant trop petit. Trop vulnérable. Trop faible. Il fit semblant de lire un livre et de paraître étranger au monde qui l’entourait alors, priant secrètement pour que sa vie soit épargnée. Il pensait que personne n’était capable d’enrayer l’ascension de Lord Voldemort, le croyant immortel.  Ses mains tremblèrent tout au long de l’affrontement et ses nerfs semblaient sur le point de céder. Il fut soulagé après le dénouement de la bataille de se retrouver vivant et bien portant. Lui qui restait indifférent à l’éducation abrupte des Mangemorts lors de la direction du Professeur Rogue fut tout de même rebuté par les dégâts et par le nombre d’individus blessés ou pire. Il se disait au fond de lui qu’il avait bien fait de ne pas participer, même s’il préférait taire ce fait-là…


Et vous ?
► Où avez-vous connu le forum ? Top-site je crois.
► Âge : 25.
► Niveau RP : un peu rouillé.


Dernière édition par Fergus MacTavish le Lun 23 Juin - 16:55, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Médicomage
avatar
Médicomage
Feat : Liv Tyler
Messages : 1685
Points rp : 2028
Localisation : Infirmerie de Poudlard

Identité du Sorcier
Age: 20 ans
Affiliation: Semper Fidelis
Métier: Apprentie médicomage

MessageSujet: Re: Fergus A. MacTavish   Sam 14 Juin - 22:52

Bienvenue ** Aaah ça fait plaisir quand un nouveau met quelques mauvaises notes **

_________________
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealamande.tumblr.com/
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Fergus A. MacTavish   Dim 15 Juin - 1:33

Bienvenue !  Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Fergus A. MacTavish   Dim 15 Juin - 1:39

Welcome !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."
Feat : Jake Gyllenhaal
Messages : 241
Points rp : 811

Identité du Sorcier
Age: 16
Affiliation: Neutre
Métier: Éleveur de rousses

MessageSujet: Re: Fergus A. MacTavish   Dim 15 Juin - 12:54

Bienvenue ici !! N'hésite pas si tu as des questions Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Admin
Feat : -
Messages : 474
Points rp : 1686

MessageSujet: Re: Fergus A. MacTavish   Dim 15 Juin - 17:47

Tu es officiellement accepté comme élève de Serpentard !

Félicitations ! Te voilà validé. Encore une fois bienvenue. Voici quelques clefs du forum.

► Tu peux d'ores et déjà ouvrir ta fiche de lien ici. Si tu veux, il existe un code à disposition, mais tu peux bien entendu en faire un toi-même, en prendre un déjà fait ou même en demander un personnalisé à notre graphiste dévouée. Le modèle disponible se trouve ici.

► Te voilà prêt à rp, tu peux en faire la demande ici

► Dans la foulée, tu peux également ouvrir ton journal de bord ici, là aussi un modèle est à ta disposition. N'oublie pas, quand tu ouvres un rp, de bien mettre la date et d'indiquer son ouverture ici.

► Si tu désires être parrainé par un membre pour prendre pied sur le forum, comme il t'a déjà été proposé pour ta fiche, n'hésite pas à en faire la demande ici. De même, si tu es à l'aise sur le forum et désire aidé les futurs nouveaux, tu peux postuler comme parrain au même endroit.

► Pour la vie du forum, il est important de voter régulièrement aux topsites, peut-être même que c'est ainsi que tu es arrivé ici. Il y a des liens pour nos quatre topsites un peu partout, que ce soit sur la page d'accueil ou en bas, à droite, partout sur le forum. Tu gagnes un point RP tous les quatre votes, n'oublies pas d'indiquer ton nom sur la page de vote pour obtenir les points, qui sont comptabilisés chaque semaine. Les points servent entre autre à obtenir un double compte ou l'accès à des endroits spéciaux sur le forum.

► Si tu es un élève et que ça n'a pas encore été fait, je t'invite à aller indiquer ton année d'étude dans le champs de ton profil prévu à cet effet.

Il me semble avoir tout dit, si ce n'est, encore bienvenue et bon jeu parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Fergus A. MacTavish   

Revenir en haut Aller en bas
 

Fergus A. MacTavish

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fergus A. MacTavish
» GM de Fergus
» Fergus Roland Finucane
» Gwenhwyvar ui Fergus
» KIRSTEN&FERGUS&MELODY&LOGAN ✟ « J'ai peur du noir, je peux dormir là ce soir ? »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nox Aeterna :: Fun :: Présentations archivées-