Nox Aeterna

La guerre est enfin finie. Harry Potter et Lord Voldemort y ont néanmoins laissé la vie. Tout semble être rentré dans l'ordre. Mais est-ce vraiment le cas...?
 

Partagez | 
 

 Veritas odium parit, obsequium amicos.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sorciers
avatar
Sorciers
Feat : Claude M'Barali
Messages : 73
Points rp : 941

Identité du Sorcier
Age: 32 ans.
Affiliation: Neutre
Métier: Journaliste & Conférencier

MessageSujet: Veritas odium parit, obsequium amicos.   Lun 27 Oct - 16:17

James Omeara


► Âge : 32 ans.
► Née le : Le 8 janvier 1968.
► Née à : Liverpool.
► Ancienne Maison : Gryffondor
► Année d'étude : /
► Metier : Journaliste & conférencier
► Particularité : Legilimens
► Niveau de son don : Niveau 3, Legilimens confirmé.
► Baguette : Bois de charme, ventricule de dragon, 25cm.
► Animal : Un vieux chien, Gerald, somnolent et aux problèmes intestinaux forts odorants.
► Avatar : Claude M'Barali

Famille et relations
Ma famille... Qui aurait cru que je viendrais à écrire un papier sur eux un jour ? Bon, il s'agit de mon journal personnel, et j'imagine donc, selon le principe même de cet ouvrage, que je peux ici coucher à l'écrit même les informations les plus personnelles. Mon père vit toujours à Liverpool et je lui rends parfois visite, quant à ma mère, il y a bien longtemps qu'elle nous a quitté. Heureusement, ce ne sont pas les seuls membres de ma famille. Il y a mon petit frès, Jacob, qui vit à Londres et qui travaille au Ministère. Nos liens sont quelque peu... Irréguliers, compte tenu de mon travail. Il travaille à la stabilité et la grandeur du gouvernement, un homme quelque peu conservateur qui n'aime pas les idéalistes fouineurs dans mon genre, mais... On arrive à se tolérer. Et puis il y a ma petite sœur, la dernière de la famille, qui sortira bientôt de Poudlard. Je ne la vois que rarement, mais je ne peux m'empêcher de voler à son secours dès que j'en ai l'occasion. Nous avons des liens bien trop distendus pour que je la laisse sans protection. Elle restera toujours une petite chose fragile à mes yeux. La seule chose qui nous reste de maman, ce sont les yeux qu'elle lui a transmis, après tout... Oh, j'allais oublier Gerald. Ce vieux clébard est quasiment trentenaire, s'il continue sur cette voie, il va devenir l'animal de compagnie héréditaire de la famille. Il a grandis avec moi et c'est mon compagnon de route de toujours. Certes, il est un peu moins vif qu'avant, mais je vous jure que ce Lapphund fut un redoutable enquêteur. Maintenant il se contente de squatter les tapis, paillassons et coussins confortables des lieux qu'il visite, relâchant de temps à autre une vapeur nauséabonde sur son passage, témoignant du vieillissement de son appareil intestinal. Il faudrait sérieusement que je le fasse soigner. Et lui acheter un petit compagnon, histoire de mettre un peu de joie dans la vie de ce vieux briscard...

Physique
Se décrire soit-même n'est pas quelque chose d'aisé. Quand on se tient devant sa glace, on saisit toute la difficulté de l'exercice. Faire abstraction de tout jugement, aussi bien positif que négatif, que l'on peut porter sur sa personne, est quelque chose d'extrêmement compliqué. Saisir les traits de son propre visage apparaît difficile, comme s'ils se mouvaient en permanence. Avoir conscience de soit est un pas à franchir, qui n'est pas si aisé que cela. Il m'a fallu plusieurs années avant de me tenir devant un miroir et d'accepter, que ce reflet, c'était la carapace physique de mon être. Alors, écrire comment l'on se perçoit... Vous imaginez la difficulté de la chose ? C'est quelque chose de profondément philosophique, j'imagine... Enfin, il faut que j'arrête de dériver, une vraie pipelette. Sachant que j'écris à moi-même, c'est même inquiétant. Bon ! Commençons par le visage, j'imagine que c'est la première étape. Le plus évident, est, j'imagine, ma couleur de peau. Couleur café écrirons certains. Mes origines africaines m'ont donné cette peau foncée et mes cheveux noirs et crépus, que je garde court, sous peine d'être confondu avec un des membres des Jackson Five. Enfin, aujourd'hui ils sont un peu oubliés. Je fais référence à un groupe de musique moldu, enfin, nous parlerons de tout cela plus tard. J'ai un nez assez large, légèrement écrasé sans être proéminent ou difforme, quant à mes lèvres, elles sont aussi épaisses, et foncées comme ma peau. Ma pilosité est quasiment inexistante. En fait, à part sur mon visage, si l'on oublie mes cheveux, je suis quasiment imberbe. Une chance, car je n'ai jamais raffolé des poils pour tout vous dire. Je me rase de près et n'ai que rarement porté la barbe, une légère moustache me suffisant largement. Un peu vieux jeu, je sais. Bien que cela n'a aucun rapport, je me souviens maintenant que depuis petit déjà, on m'a toujours dit que j'avais une « tête de gentil », quelque chose d'amical inné, dans mon sourire et mes gestes. Ils sont tous, dans une certaine manière, mesurés et précis. Quant au reste de mon corps, eh bien... Que dire ? Je n'ai jamais été une armoire à glace, et je suis de taille moyenne. Bien sûr, je suis quand même sportif et mes muscles sont dessinés, j'ai des bras et un torse robuste, sans être saillant. De quoi pourrais-je vous parler maintenant ? Mes vêtements ? J'ai toujours été sobre, et n'ai jamais vraiment aimé les vêtements de la société des sorciers pour être franc, ainsi je porte souvent des habits de moldus. Les robes, les chapeaux... Je ne trouve pas forcément que c'est un style bien esthétique, même s'il m'arrive de porter des tuniques et des tenues en convenance avec notre cher monde de la magie, bien entendu. Sinon, j'opte pour des ensembles sobres, noirs souvent, des costumes cintrés et assortis. Que rajouter ? Si ce n'est que mes doigts sentent le tabac froid et que je dégage en permanence une légère odeur de miel, dont je suis friand, voir accro, je n'ai rien de spécifique, mes yeux sont d'un marron commun et mes ongles blancs, comme tout humain normal...
Caractère
Place maintenant à l'exercice mentale de la chose. Il serait trop facile d'omettre des détails, et je ne peux m'y résoudre. L'auto-critique n'est pas une auto-flagellation, et il est parfois bon de se rappeler qu'on a aussi des mauvais traits de caractère. Personne n'est parfait, et d'ailleurs celui qui l'avancerait pourrait déjà être qualifié de menteur ou de malhonnête. Avant tout de chose il faut certaine spécifier un élément important : mon perfectionnisme. Pour mon caractère comme pour toute chose, je suis intolérant et extrêmement exigeant avec moi-même. Le but n'est évidemment pas d'atteindre une stricte perfection, qui serait presque une notion autoritaire, mais de se rapprocher d'une ligne de conduite parfaite. Je suis loin du compte, pour tout vous avouer. Mais vous aurez compris que j'ai certaines obsessions. Je suis quelqu'un de déterminé, et passionné dans ce qu'il fait. Cela peut être un avantage comme un défaut gênant, ou agaçant pour certains. En effet, je suis plutôt têtu. Moi je vois cela comme être persévérant, mais la plupart de mes collègues trouvent que je suis « têtu comme un âne » et une « sale fouine ».

C'est d'ailleurs le surnom dont m'affublait Jacob quand j'allais le voir au Ministère, d'ailleurs... J'ai toujours eu cette obsession pour la vérité. Je ne supporte pas le mensonge, encore moins quand il émane de hautes institutions ou des gens qui nous gouvernent. C'est d'ailleurs ce qui m'a poussé dès mes études vers la legilimancie. La vérité doit toujours être entendue, même si elle fait mal ou si elle gêne. Bien sûr, cela va de pair avec une grande curiosité. Sur tous les sujets, et particulièrement les moldus. J'adore les moldus. D'abord car il y en a dans ma famille, ensuite car leur monde est particulièrement fascinant. Je suis de ceux qui pensent que les sorciers ont à apprendre des moldus, plutôt qu'à les sous-estimer. Leur société, dénuée de magie, est tout simplement merveilleusement intéressante. J'ai longuement étudié les moldus, et leur monde m'a même influencé. Connaissez vous Marx ? Lénine ? Rosa Luxembourg ? Julien Assange ? Ces quelques noms ne sont qu'une infime partie des moldus qui m'ont inspirés. Leur pensée, particulièrement, est hautement avancée.

Ce sont eux les moldus, plus que les écrivains sorciers, qui m'ont donnés la passion d'écrire, et la dévorante obsession que j'ai pour la résistance et la politique. Mais tout cela ne sont que des considérations idéologiques et je m'égare du propos initial. Enfin, je disais... Têtu, comme une mule oui. Pas pour autant désagréable. J'adore l'humour, et boire. Quoi ? Oui, les deux vont de pair, croyez-moi ! Et les deux sont indispensable, n'est-ce pas ? Un fêtard dans l'âme, même à 30 ans passés, je n'arrive pas à me passer de la festivité que j'entretenais, adolescent. Enfin, tout cela, c'est en privé, avec mes amis. Dans le cadre public, je suis quelqu'un qui apparaît comme calme et ayant le sens du protocole et des formules, bien que toujours souriant. On me connaît surtout pour mes coups de sang et mes pamphlets. On m'a même traité d'anarchiste, de dissident et de menace à l'ordre magique. Je vous avoue avoir de la sympathie pour Bakounine et ses disciples, mais de là à devenir terroriste... Non, je suis simplement quelqu'un qui aime dire les choses qu'on ne nous dit pas. Bon, les crier, voir les faire suivre d'une flopée d'insultes parfois. Et à obtenir la vérité par tous les moyens. Le cadre de la légalité n'est pas assez grand pour moi, vous voyez ?

Que dire de plus... Il est visiblement difficile d'être bavard sur soit-même, pas vrai ? Bien que j'ai déjà écris pas mal de lignes... Mais je me suis encore égaré, bon sang ! Voilà, voilà un nouveau défaut qui nous saute aux yeux... Une véritable pipelette sur la politique et les idées. Les débats, j'en suis friand. Mais je suis aussi quelque peu négligé, mal organisé. Mes idées fusent dans tous les sens, comme mes affaires. Ma résidence ? Un bordel sans nom. Coquet, mais bordélique. Je n'aime pas ranger, enfin sauf quand une femme vient chez moi. Les femmes, c'est ma deuxième passion, après le journalisme (et l'alcool). Je ne suis pas forcément un tombeur, mais disons que j'aime séduire. Ca ne me réussit pas forcément, disons que j'étais plus attiré par le flirt étant plus jeune, mais j'aime toujours autant jouer avec le charme de ces dames. Je n'ai pas encore trouvé botte à mon pied, il faut dire que mon caractère qui peut parfois être comparé à celui d'un cochon n'aide pas toujours, malgré ma douceur. Si, je vous assure ! Et rare sont celles qui supporte les éternels révoltés. Car après tout, il faut bien se satisfaire des choses, un jour non ? C'est peut-être là mon plus grand défaut. Éternel insatisfait. Si je fais le dos rond, c'est bien que j'ai les yeux plus gros que le ventre...

Notes

Astronomie : A/A
Botanique : A/A
DCFM : O/O
Histoire de la Magie : E/E
Métamorphose : A/A
Potions : E/E
Sortilèges : A/O
Option 1 : Etude des Moldus : O/O
Option 2 : Arts et Musiques magiques A/O
Histoire
L'histoire de ma vie... Par où commencer ? J'imagine que cela pourrait paraître logique, de commencer par l'enfance. Le début de temps, l'amorce de notre vie. Pourtant, se tenir face à tous nos souvenirs, toutes nos souffrances et nos joies est quelque peu déstabilisant. Tout paraît tellement primordial, tellement indispensable à notre être, que l'on ne sait pas ce qui pourrait être l'introduction. Enfin, comme pour chaque gouffre que la vie nous présente, il faut bien s'y jeter un moment à l'autre. Je ne ferai donc pas dans l'originalité, je me contenterai de remonter le fil de ma vie à bord du train monotone du temps, dont la vitesse semble augmenter à chaque saison qui passe...

La préface de toute vie serait un petit moment dédié à notre famille, particulièrement à nos parents, histoire de dresser un peu le tableau dans lequel notre singulier portrait apparaît. Ma famille n'est pas de sang pur, et est originaire, il y a plusieurs générations, du continent africain, plus précisément du Kenya. Nous n'avons malheureusement perpétué aucunes traditions venant de notre terre d'origine, et encore moins depuis que notre famille est entrée dans le monde de la magie. C'est par ma grand-mère que les Omeara sont devenus une famille de sorciers. Avant de la rencontrer, mon grand-père n'était qu'un simple ouvrier, qui survivait tant bien que mal dans les quartiers populaires de Liverpool, avec bien sûr une grande ferveur pour un certains club de football.

Leur rencontre est assez fortuite, je dirai même chanceuse. On a tous en tête cette scène dans les films, où un homme sauve une jeune femme d'agresseurs, et où survient un coup de foudre bienheureux. L'image du male puissant, protecteur et sauveur. Et bien... Sans le vouloir, mes grands-parents ont brisés cette image sexiste. C'est ma grand-mère qui a jouée le rôle du héros, le temps d'une soirée, et croyez bien qu'elle aimait nous le rappeler à chaque repas de famille. Ivre après un match de foot, mon grand-père s'était fait attrapé par une bande de types dans une ruelle de Liverpool qui avaient en tête de le dépouiller – il faisait pas bon être africain à cette époque – et le suriner. Manque de chance pour ce qu'on appellera plus tard les boneheads, cette ruelle était celle qui menait à une ruelle cachée des yeux des moldus, et où les sorciers du coin faisait leurs emplettes. Une sorte de Chemin de Traverse liverpuldien. Elle sortait justement de cette ruelle avec une toute nouvelle baguette quand elle sauva mon grand-père. Je ne rentrerai pas dans les détails de ce qui suivit, vous en doutez. A cette époque, on croyait encore dur comme fer aux coups de foudres et aux vertus du mariage qui liait les gens jusqu'après la mort. Le couple était né, un couple bancal et explosif, mais un couple sacrément costaud. Mon grand-père arrêta de boire pendant un long moment après que ma grand mère, Margaret, lui ait avouée qu'elle était une sorcière. Il pensait que c'était du à une trop forte consommation d'alcool, et qu'il avait des hallucinations ! Faut dire que j'ai hérité de lui ma descente de coude, et mon père me dit sans cesse qu'elle est ridicule comparé à celle de mon illustre ancêtre.

Ils eurent trois enfants. Trois garçons, turbulents et sacrément bornés. A croire que c'est de famille. Mon père était le cadet des trois. Carl, c'est son nom. L'aîné, Rupert, je ne l'ai jamais connu, et à dire vrai, j'ignore tout de lui, si ce n'est qu'après ses études de sorcellerie, il a quitté le pays pour le Kenya, sur les traces de nos origines. Quant à l'autre membre de la fratrie, ce n'est autre que le célèbre Mathias Omeara. Comment ça, vous ne connaissez pas ? Bon, aujourd'hui son nom est quelque peu... oublié, il est vrai. Mais à l'époque, il faisait parler de lui... Un peu ? Mathias était l'illustre fondateur du Cabot Enragé, un journal à portée satyrique et fortement politique. Très controversé à l'époque. Je crois que vous devinez déjà quel membre de la famille a été mon mentor. Enfin, nous parlerons de lui plus tard. Mon père avait un peu moins de choses en commun avec moi. Pour commencer, il travaillait au Ministère. Attendez ! Je vais trop vite... Reprenons le fil...

Ma naissance. En pleins hiver, début de l'année 1968. Mon père avait trouvé chaussure à son pieds trois an plus tôt en la présence de lady Acha Smith, toute droit venu de Louisiane pour travailler au Ministère. Au même département que mon père, ce coureur de jupons... Qui fondit sur sa proie, sans croire un seul instant ce qui allait arriver : le chasseur allait devenir le chassé. Un nouveau coup de foudre dans la famille. Trois ans plus tard, voici un enfant au sourire angélique et à l'intellect précoce qui voit le jour... Oh, merde, c'est vrai, il faut être objectif... Bon, un petit marmot hyperactif et qui a toujours eu du mal avec les règlements. Le premier de trois gamins. Visiblement, on aime bien le chiffre trois. J'ai jamais vraiment été un super modèle pour mes frangins, et mon père me l'a souvent reproché. Surtout quand maman est partie... Acha s'est éteinte en 1984, emportée par la maladie. Mon père, ainsi que moi et mon frère étions dévastés. Quant à Mary (nommée ainsi en hommage à une certaine justicière de Liverpool...) elle était encore un bébé. Il fallut apprendre sans chaleur maternelle. Mon père n'avait plus que Mary à s'occuper, car moi et Jacob étions désormais élèves à Poudlard, et j'imagine qu'il du se sentir terriblement seul, les premières années de deuil.

Ma scolarité fut des plus... enrichissantes. Sur tous les points. J'étais plutôt bon élève, sans vouloir me vanter, disons que j'étais travailleur. Mais à côté de ça, j'étais aussi turbulent, et j'ai souvent outrepassé les règlements. Ah, qui ne l'a pas fait ? Disons que j'accumulais les ennuis, aussi bien auprès des professeurs que des autres élèves. J'avais une certaine tendance à fouiner dans ce qui ne me regardait pas, et à essayer de percer les mystères de l'école. Bon, ça m'a pas vraiment réussis, et à part deviner des romances interdites entre professeurs ou encore démonter des ragots d'élèves, je n'ai pas vraiment fait de choses grandiloquentes. Jusqu'à ce que je me mette à m'intéresser au journalisme, et au travail de mon père.

Une chose me marqua profondément chez lui. La légilimancie, une aptitude qu'il avait poussé à l'extrême et dont j'avais de nombreuses fois subit les conséquences en essayant de lui mentir. C'est de là que commença à poindre certaines idées dans ma tête de jeune idéaliste. Quand j'ai commencé à étudier les moldus, je suis rapidement devenu encore plus passionné. Je dévorais les ouvrages philosophiques de leur monde, notamment les auteurs libertaires. Ce n'était pas mes premières inspirations, pour tout vous avouer. C'est ici que le Cabot Enragé intervient. Le journal faisait souvent scandale, dévoilant des secrets ou perçant les mensonges des politiciens, traitant le ton sur ton sarcastique et parfois même agressif. Une véritable source d'inspiration, sachant que Mathias m'avait quasiment élevé avec mon père, à la mort de ma mère. Il m'avait transmis nombre de ses valeurs, dont l'obsession pour la vérité et sa quête par tous les moyens. Pour la petite histoire, il fit même un petit séjour à Azkaban après s'être introduit au Ministère grâce au polynectar, après quoi mon père coupa les ponts avec lui...

En parallèle, je demandais à mon père de m'instruire pour devenir legilimens. Pour une fois que je rendais honneur à la famille en perpétuant ce qu'il voulait qui soit une tradition, il ne rechigna pas longtemps. De plus, je me renseignais sur cet art à la bibliothèque ou encore auprès de mes professeurs. La pratique de la légilimancie n'était pas enseignée à Poudlard ni à n'importe quel sorcier : sans être véritablement illégal c'était une magie controversée et aux effets redoutables. Aussi l'enseignement fut difficile et cela ne fait que quelques années qu'on peut me considérer comme un légilimen accomplis, et cela m'a donné beaucoup de travail. En effet, il m'a fallu en parallèle acquérir ne serait-ce que les bases de l'Occlumancie, en toute logique, sinon ce don aurait été désuet.

La légilimancie est tout bonnement fascinante. C'est l'arme ultime de vérité, et je su immédiatement que j'en aurai à faire l'usage toute ma vie, pour servir mes idéaux. Cela n'apparaissait pas forcément loyal mais c'était un mal nécessaire.

A la sortie de Poudlard, mes diplômes en poche, je continuai dans la voie du journalisme, passant des diplômes plus spécialisés, tout en continuant mon apprentissage de la légilimancie et en continuant de me nourrir de mes diverses lectures, moldues ou sorcières. Je ne cessai d'ailleurs jamais d'observer la société moldue et de les observer, passionné par leur étude.

Il me fallut ensuite découvrir le monde par moi-même, et enfin devenir un vrai journaliste. Je commençai à la Gazette, début prestigieux, grâce aux pistons de mon père. J'éprouve une certaine honte à ce sujet, mais bon, c'était soit ça soit écrire des colonnes pour des journaux miteux de Liverpool.

L'expérience fut de courte durée, en fait. Je commençais à y travailler au beau milieu des années 90, quand les choses commencent sérieusement à se gâter, avec tous les événements qui s'en suivent. Et la déontologie prônée à la Gazette du Sorcier ne me plaisait vraiment pas, même si j'écrivis pour eux quelques articles à succès, utilisant la légilimancie à plusieurs reprises pour extraire des témoignages à des témoins. Le journal me couvrait, trop content des exemplaires vendus, malgré mes méthodes parfois extrêmes, mais la séparation ne tarda pas à venir, quand je fus excédé des extrapolations du journal, qui déformait les propos et propageait des mensonges notamment lors des événements qui tournèrent autour de Potter. Sources corrompues, influences du gouvernement... Non ce n'était pas le journalisme indépendant dont je rêvais. Alors je claqua la porte, et disparut du monde du journalisme pendant quelques temps. Je me fis alors écrivain, faisait paraître des ouvrages sur les Moldus et donnant des conférences sur leur société, mais je du vite arrêter. Bientôt, être tolérant avec les moldus et les sangs-mêlés, dont je faisais partie, fut mal vu. On se souvient tous de cette période sombre, encore si proche.

Je passais alors dans la clandestinité. J'écrivais et distribuais anonymement quelques tracts engagés contre le gouvernement et appelant à la lutte armée, informé par des réseaux indépendants de ce qui se tramait à Poudlard, sans rien pouvoir véritablement faire, seul. Je participais comme je pouvais à la résistance via l'information clandestine, étant par la même occasion moi même recherché, ce qui m'amena à faire un court séjour en France, durant la période la plus houleuse de notre histoire.

Tout cela se finit dans le dénouement que nous connaissons tous, avec la disparition tragique de nombreuses personnes, dont Harry Potter. Mais la paix était revenue, du moins en apparence. Il fallait être naïf pour croire que tout cela était la fin de l'histoire. Non ce n'était que la fin d'un chapitre : la lutte est perpétuelle, je le savais bien.

C'est à ce moment de ma vie que je fis une heureuse rencontre, ou plutôt des retrouvailles. Mathias Omeara était de retour à Londres, et avec lui, le projet de rouvrir le Cabot Enragé. C'est demain que paraît la première édition, et je ne peux pas vous cacher que je trépigne d'impatience. Je suis parmi les rédacteurs en chef, et me voilà enfin dans un journal qui va me faire travailler comme je suis et comment je veux être. Un journalisme de combat ! Et personne ne mettrait de bâtons dans les roues de la Vérité.

Et vous ?
► Où avez-vous connu le forum ? Un top site, je ne sais plus lequel.
► Âge : 18 printemps.
► Niveau RP : Bon, je m'adapte à mes compagnons de jeu.


Dernière édition par James Omeara le Mar 28 Oct - 21:27, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Veritas odium parit, obsequium amicos.   Lun 27 Oct - 16:46

♦ Bienvenue à toi et aux problèmes de transit de Gerald x)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Veritas odium parit, obsequium amicos.   Lun 27 Oct - 16:48

Bienvenue !

Les chiens c'est bien ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Professeur & Joueuse de Quidditch
avatar
Professeur & Joueuse de Quidditch
Feat : Hayley Williams
Messages : 200
Points rp : 1601
Localisation : La tête en l'air

Identité du Sorcier
Age: 23 ans
Affiliation: Neutre
Métier: Professeur de Vol . Joueuse de Quidditch

MessageSujet: Re: Veritas odium parit, obsequium amicos.   Lun 27 Oct - 16:51

Bienvenue sur Nox James !
J'ai hâte d'en apprendre davantage sur ton perso, bon courage pour l'écriture de ta fiche

_________________

    « COMMENT CA C'EST MA TÊTE QUI ATTIRE LES COGNARDS ?»
    JE PARLE EN #DC143C ET J'AIME CA
    Now touch the Rainbow  :Mavis:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."
Feat : Jake Gyllenhaal
Messages : 241
Points rp : 687

Identité du Sorcier
Age: 16
Affiliation: Neutre
Métier: Éleveur de rousses

MessageSujet: Re: Veritas odium parit, obsequium amicos.   Lun 27 Oct - 17:17

Bienvenue Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Sorciers
Feat : Freya Mavor
Messages : 500
Points rp : 913
Localisation : Pérou

Identité du Sorcier
Age: 16
Affiliation: Neutre
Métier: Commentatrice de Quidditch délurée et géniale

MessageSujet: Re: Veritas odium parit, obsequium amicos.   Lun 27 Oct - 17:46

Bienvenue m'sieur ! Bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://moodyshae.tumblr.com/
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Veritas odium parit, obsequium amicos.   Lun 27 Oct - 18:45

Bienvenue sur Nox Aeterna !
Bonne chance pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Veritas odium parit, obsequium amicos.   Lun 27 Oct - 21:10

Bienvenue par ici Smile
Revenir en haut Aller en bas
Sorciers
avatar
Sorciers
Feat : Claude M'Barali
Messages : 73
Points rp : 941

Identité du Sorcier
Age: 32 ans.
Affiliation: Neutre
Métier: Journaliste & Conférencier

MessageSujet: Re: Veritas odium parit, obsequium amicos.   Mar 28 Oct - 0:46

Merci à tous de votre accueil ! Smile

Il ne me reste plus qu'à rédiger l'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Veritas odium parit, obsequium amicos.   Mar 28 Oct - 10:46

Encore bienvenue ! Very Happy
Et bon courage pour ta fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas
Médicomage
avatar
Médicomage
Feat : Liv Tyler
Messages : 1685
Points rp : 1904
Localisation : Infirmerie de Poudlard

Identité du Sorcier
Age: 20 ans
Affiliation: Semper Fidelis
Métier: Apprentie médicomage

MessageSujet: Re: Veritas odium parit, obsequium amicos.   Mar 28 Oct - 10:51

Encore bienvenue ! Encore un personnage prometteur ** Je suis pressée de lire la suite !

_________________
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealamande.tumblr.com/
Sorciers
avatar
Sorciers
Feat : Claude M'Barali
Messages : 73
Points rp : 941

Identité du Sorcier
Age: 32 ans.
Affiliation: Neutre
Métier: Journaliste & Conférencier

MessageSujet: Re: Veritas odium parit, obsequium amicos.   Mar 28 Oct - 20:00

J'ai enfin finis, à vous les studios !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Sorciers
Feat : Claude M'Barali
Messages : 73
Points rp : 941

Identité du Sorcier
Age: 32 ans.
Affiliation: Neutre
Métier: Journaliste & Conférencier

MessageSujet: Re: Veritas odium parit, obsequium amicos.   Sam 1 Nov - 11:34

Uppounet ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Admin
Feat : -
Messages : 474
Points rp : 1562

MessageSujet: Re: Veritas odium parit, obsequium amicos.   Dim 2 Nov - 17:52

Félicitations ! Te voilà validé. Encore une fois bienvenue. Voici quelques clefs du forum.

► Tu peux d'ores et déjà ouvrir ta fiche de lien ici. Si tu veux, il existe un code à disposition, mais tu peux bien entendu en faire un toi-même, en prendre un déjà fait ou même en demander un personnalisé à notre graphiste dévouée. Le modèle disponible se trouve ici.

► Te voilà prêt à rp, tu peux en faire la demande ici

► Dans la foulée, tu peux également ouvrir ton journal de bord ici, là aussi un modèle est à ta disposition. N'oublie pas, quand tu ouvres un rp, de bien mettre la date et d'indiquer son ouverture ici.

► Si tu désires être parrainé par un membre pour prendre pied sur le forum, comme il t'a déjà été proposé pour ta fiche, n'hésite pas à en faire la demande ici. De même, si tu es à l'aise sur le forum et désire aidé les futurs nouveaux, tu peux postuler comme parrain au même endroit.

► Pour la vie du forum, il est important de voter régulièrement aux topsites, peut-être même que c'est ainsi que tu es arrivé ici. Il y a des liens pour nos quatre topsites un peu partout, que ce soit sur la page d'accueil ou en bas, à droite, partout sur le forum. Tu gagnes un point RP tous les quatre votes, n'oublies pas d'indiquer ton nom sur la page de vote pour obtenir les points, qui sont comptabilisés chaque semaine. Les points servent entre autre à obtenir un double compte ou l'accès à des endroits spéciaux sur le forum.

► Si tu es un élève et que ça n'a pas encore été fait, je t'invite à aller indiquer ton année d'étude dans le champs de ton profil prévu à cet effet.

Il me semble avoir tout dit, si ce n'est, encore bienvenue et bon jeu parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Veritas odium parit, obsequium amicos.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Veritas odium parit, obsequium amicos.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Veritas odium parit, obsequium amicos.
» ✤ LE TOP SITE DE MAGNA VERITAS
» Après la fête, à "Veritas Alibi"
» cérémonie d'hommage octobre 1459
» ✤ Le Guide du Joueur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nox Aeterna :: Avant tout :: Présentations des Personnages :: Présentations validées-