Nox Aeterna

La guerre est enfin finie. Harry Potter et Lord Voldemort y ont néanmoins laissé la vie. Tout semble être rentré dans l'ordre. Mais est-ce vraiment le cas...?
 

Partagez | 
 

 Stigandr Birgerjarl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
"Draco dormiens nunquam titillandus"
Feat : Mads Mikkelsen
Messages : 97
Points rp : 1696
Localisation : Poudlard

Identité du Sorcier
Age: 48
Affiliation: Neutre
Métier: Professeur de Sortilèges et Directeur de Serpentard

MessageSujet: Stigandr Birgerjarl   Ven 21 Mar - 18:08

Stigandr Birgerjarl


► Âge :  48
► Née le : 28 Octobre 1952
► Née à : Odense, Danemark
► Maison : Serpentard  
► Année d'étude : /
► Métier : Professeur de Sortilèges /Directeur de Serpentard
► Particularité : Occlumens et Légilimens confirmé.  
► Baguette : Tremble, phalange de draugr, très peu flexible, 28.4 cm
► Animal :  /
► Avatar : Mads Mikkelsen


Famille et relations
Notre famille est issue d’une longue lignée de marchands et chaque génération s’est enrichie un peu plus que la précédente. Mon père, Borstein Birgerjarl, est un homme d’affaire qui a pas peur des entreprises risquées et pensait à l’époque (et aujourd’hui encore) qu’il est plus judicieux d’étendre les sources de ses bénéfices. Il racheta nombre d’enseignes et si certaines firent faillite, la plus part se révélait être un investissement très rentable. Ainsi, ma famille possède aujourd’hui de multiples entreprises dans mon pays natale (et aussi  dans d’autres pays) comme une fabrique de balais magiques, une entreprise d’import-export, une société de cosmétique, des boutiques de prêt-à-porter, un laboratoire d’expérimentation d’enchantement sur des artefacts, j’en passe des pires et des meilleures sans oublier les nombreuses propriétés un peu partout en Europe. Cette toile que nous avons tissée est fidèle à l’emblème de notre famille : l’araignée. Je pense pouvoir dire qu’au Danemark, nous sommes respectés mais peu aimés. Notre manie de mettre notre nez un peu partout ne sied guère aux illustres familles de sang-pur car sans posséder leur prestige historique, nous avons tout autant d’influence, voire plus pour certaines d’entre elles. Ceux-là nous surnomment « Fugleedderkopper », soit, la Mygale. Et je vous l’assure, même si cela se rapporte à notre emblème, ce nom est rarement utilisé avec autre chose qu’un profond désamour.

Les relations avec mon père sont relativement tendues. C’est un homme très exigeant et maniaque du contrôle, et il nous a élevé dans un univers où les excès de démonstrations de sentiments sont bannis. Ce n’est pas un homme mauvais, il est juste obsédé par l’appât du gain et son rêve : élever la famille au rang de sang pur. Car oui, malgré le fait que les générations de sorciers se succèdent, nous ne possédons pas le sacro-saint rang de sang-pur et cela, je le sais, le dévore. Je n’ai jamais essayé de le comprendre à ce sujet pour la bonne raison que cela ne m’intéresse tout simplement pas. Il vit aujourd’hui au Danemark où il coule ses vieux jours dans notre demeure familiale, articulant de son fauteuil les ficelles de son empire financier. Il m’arrive de le visiter mais je préfère que ces moments demeurent très occasionnels.

Quant à ma mère… c’est une toute autre histoire. Sanna Kennet est originaire d’Angleterre et nous a tous appris sa langue natale, ce qui fit de nous des bilingues de la première heure. Je n’ai jamais été proche d’elle, bien qu’elle ait passé sa vie à tenter de m’apprivoiser, à me faire accepter ses attentions maternelles. Sanna était une femme que je pourrais qualifier de malade, voire de faible si j’étais cruel. Malgré sa grande douceur, elle était sujette à de multiples phobies et névroses, nous vécûmes d’ailleurs sous la fréquence de ses crises et je l’ai longtemps méprisé pour cela.

Je ne connais que très peu ma sœur Kristen et notre grand écart d’âge –soit 15 ans- n’a pas aidé. Cela dit, je pense que cela n’aurait rien changé. Kristen est un véritable requin. Cette petite sœur n’a rien d’innocent, elle a tout pris de notre père et est d’ailleurs sa fierté. C’est elle qui reprend peu à peu les affaires du paternel et je suis convaincu qu’elle fera prospérer notre nom tout en étant encore un peu plus impitoyable, matérialiste et inflexible. Après tout, tout n’est question de priorité et pour Kristen, l’humain n’entre pas en compte. Cela dit, je serai bien mal placé pour le lui reprocher…
Pour terminer je dirais que ses aspirations sont identiques à celles de mon père, soit la pureté du sang. Aujourd’hui c’est une femme mariée à un sang-pur et aussi une mère. Tout comme mon père, je ne la vois que très peu et nous ne partageons que notre sang et notre nom.

Physique

Le plus difficile lorsqu’il s’agit de se décrire est de rester objectif. Il ne faut être ni trop présomptueux, ni trop modeste, et en cela ce n’est rien d’autre qu’un exercice de justesse. Commençons peut-être par le plus évident : mon visage. Je pense pouvoir affirmer qu’il est atypique, bien je serais bien incapable de vous en donner l’exacte raison. Peut-être s’agit-il de mes yeux en amande aux teintes noisette. Ma mère m’a longtemps dit que j’avais un regard intense et qu’il était impossible de retranscrire mes pensées. Ces mots m’ont toujours paru nébuleux mais avec le temps, j’ai pu constater que ce même regard ne laissait que rarement indifférent.
Mes sourires sont, je dois bien l’avouer, relativement rares et souvent ténus. Sans doute apportent-ils un peu de mystère à ce faciès si singulier que l’on qualifierait de dur. Je ne suis pas un homme qui se complait dans l’expression de ses moindres émotions et du fait, on peut facilement me taxer de flegmatique voire d’un insensible d’une inextinguible froideur. Soit. Je me plie volontiers au jugement de ce fatras d’inconsciences sans intérêt.
Dans l’ensemble, ma stature (1.86m) m’apporte davantage de charisme et d’aucun dirait « ascendance » sur mes allocutaires ou même mes élèves et sans me venter je possède une silhouette assez athlétique.
Mes origines scandinaves peuvent se deviner pour une oreille entraînée lorsque je discours, mais de façon générale, mon accent danois passe quasiment inaperçu.
Pour conclure je dirais que je ne suis pas un féru de mode. Je ne suis pas les tendances et je me moque des avis. Pour autant, je prends soin de mon apparence et même si les couleurs que je porte sont rarement chatoyantes, je n’estime pas pour autant mon allure funèbre, mais plutôt élégante.
Caractère

J’aurais tendance à me décrire objectivement comme un homme exigeant. Je le suis avec moi-même mais aussi avec les autres. J’estime que chacun doit toujours donner le meilleur de lui-même lorsqu’il entreprend quelque chose car le renoncement est l’échec, quelle que soit sa nature. Je ne suis pas homme à juger un être sur sa race ou son espèce. Après tout, chaque créature magique a, selon moi, son droit à l’existence et à l’affirmation d’elle-même.
Quant au moldus, c’est une autre histoire. Je les vois comme des créatures faibles un peu étranges. Je ne conteste pas leur existence mais leur sort m’est d’une profonde indifférence. Pour moi, le monde magique prévaut et il est le seul qui doive retenir mon attention, bien qu’il soit indéniable que nous vivions en une sorte de symbiose involontaire. S’il s’avérait que leur sujétion était bénéfique pour les sorciers et le monde magique alors je n’éprouverais aucun scrupule à les regarder courber l’échine.  

Aux premiers abords j’inspire rarement la sympathie. Je ne suis pourtant pas des plus désagréables, du moins, il me semble. Cela dit, j’ai souvent tendance, il est vrai, à scruter les gens d’une façon qui a tendance à les mettre peu à l’aise. Mes œillades sont souvent perçantes, me donnant l’impression de fouiller les entrailles de votre âme et de percer vos petits secrets ; déformation professionnelle assumée, je juge très vite si une personne mérite mon attention ou non. J’ai ainsi érigé une sorte de classement tacite dans mon esprit découpant les gens en trois catégories : « digne d’intérêt », « potentiellement digne d’un futur intérêt » et enfin « à tout jamais déserté par toute forme de potentialité même à travers les sortilèges et potions les plus puissants de la création magique et au-delà. »

Mais j’ai aussi de bons côtés, je suis un homme galant et courtois et pour moi les bonnes manières sont vitales dans la vie en société. Les gens qui apprennent à me connaître ont souvent une opinion positive de moi et lorsque vous gagnez mon amitié (ce qui n’est pas chose aisée), vous gagnez un ami fidèle toujours disponible.
Ne nous le cachons pas, je suis un brin manipulateur et je suis un homme très secret. Je ne révèle que rarement le fond de mes pensées, ce qui me rend fondamentalement difficilement sondable. Par exemple, je ne prendrai jamais officiellement parti dans la politique… Ce que vous percevez comme un dévoilement n’est pas forcément une vérité exposée mais une manipulation. Je n’en tire pas un réel plaisir, c’est avant tout une façon d’être, une protection que j’ai développé depuis mon enfance, justifiant d’autant plus ma maîtrise de la Légilimencie et de l’Oclumencie. J’ai toujours refusé que l’on m’atteigne, enfermé dans mon monde. Peut-être que j’occulte le fond de mon âme des yeux des autres car j’ai peur de ce que je pourrais moi-même y lire…

Dans mon travail (comme dans ma vie privée d’ailleurs) je suis très rigoureux, même perfectionniste. Je ne laisse rien au hasard et mes collègues peuvent indéniablement compter sur moi pour fournir un travail de qualité, quel que soit le domaine. De même, je suis un homme de parole. Trahir une promesse c’est se trahir soi-même et c’est profondément avilissant.

Contrairement à ce que l’on peut penser de moi je suis très joueur et les défis ont tendance à animer mon excitation. En effet, je donne l’impression d’être un personnage froid qui ne se base que sur des faits empiriques et sur la raison mais je suis bien plus instinctif que cela. Mon ancien travail me passionnait. La traque et la confrontation en duel libéraient en moi des décharges d’adrénaline pure, littéralement exaltantes, tout comme la transgression des interdis lorsqu’il m’arrive de toucher à la magie noire. C’est pour cette raison, entre autre, qu’être Directeur de Serpentard me sied à merveille. Je veux pousser mes élèves à donner le meilleur d’eux-mêmes, tout en honorant (quand il s’agit des vert et argent) leur Maison et les valeurs qu’elle induit. Par les Serpentard, pour les Serpentard.

Pour terminer sur des notes plus intimes, sachez que je peux me révéler très cruel et véritablement inflexible et impitoyable. Je possède une grande force de caractère (nécessaire dans l’art que je pratique notamment) et même si je semble pouvoir me maîtriser dans toutes les situations par un flegme tout-à-fait britannique, je n’en reste pas moins humain, j’ai moi aussi mes limites (sont-elles d’ailleurs plus proches que je ne veux bien le croire…). Celui qui me repoussera dans mes retranchements n’aura pas deux fois dans sa vie l’occasion de me voir vraiment en colère.    


Notes

Astronomie : E/A
Botanique : T/ Arrêté
DCFM : O/O
Histoire de la Magie : A/A
Métamorphose : A/E
Potions : E/E
Sortilèges : O/O
Option 1 : Etude des runes : E/A
Option 2 : Etude des moldus : P / Arrêté
Histoire

Enfant, j’avais deux cœurs.
Mon histoire commence le 28 Octobre 1952 à Odense, Danemark. J’ai ainsi passé mes premières années sur l’île de Fionie dans le domaine familial. Mon père était très souvent absent et ma mère aussi transparente que le verre sinon encombrante. Je suis né quelques minutes avant mon faux jumeau, Ulrik et dès nos premières expirations, nous fûmes très proches. Il demeurera pour toujours mon plus grand échec, ma plus grande faute.

Très vite, des deux, il se révéla être l’enfant turbulent de la famille, celui qui rechignait à obéir, qui défiait un regard paternel trop critique… Alors que moi je me contentais de dire ce que l’on attendait de moi, de faire ce que l’on attendait d’un enfant model, lui ne savait pas masquer sa nature et faire preuve de patience. Impulsif, passionné, écervelé, utilisez donc tous les adjectifs que vous voudrez pour le qualifier. On lui reprochait souvent de manquer de bon sens, de jugement, de réflexion, même d’intelligence ; ce n’était pas le cas ; il était juste incapable de maîtriser ses émotions, et rien que pour cela, lui et moi étions diamétralement opposés. Cela ne nous empêcha pas de nous aimer et de nous soutenir l’un l’autre, nous nous complétions. Ulrik était les poings et moi j’étais la tête.
Nous n’étions pas les garçons les plus appréciés dans notre entourage. Borstein avait eu la bonne idée de nous inscrire dans une sorte de club sélect pour jeune sorciers fortunés. Lui et moi nous nous sommes donc retrouvés nez à nez avec les sang-pur qui nous haïssaient tant et pour les tenir en respect nous avons dû user de ruse et Ulrik, comme à son habitude, avait fini par jouer des coudes, dans le sens le plus littéral du terme. Une fois renvoyés dans nos pénates, notre père nous avait administré une punition atroce, un petit sort familial fort peu sympathique : « Spytte-Tarantelle » soit une variante de crache-limace mais avec des mygales. Je serais bien incapable de vous décrire ce que l’on ressent dans ce genre de cas mais je me ferais un plaisir de vous faire vivre cette expérience si la curiosité vous prend.

Ainsi se déroula mon enfance. Avec le temps, les choses empirèrent et ce à tous les niveaux. A l’aube de notre dixième année, nous fîmes nos bagages pour l’Angleterre. Mon double, comme à son habitude, avait été ravagé par mille émotions, partagé sans cesse entre l’euphorie et le déchirement de quitter sa maison, ses habitudes, sa ville, ses ennemis, son climat… se triturant les méninges pour imaginer ce qu’il allait trouver là-bas et qui se révéla sensiblement identique à ce qu’il avait déjà avant finalement : des ennuis en majorité. Moi en revanche, je ne pensais qu’à une chose : la prestigieuse école de magie anglaise, Poudlard.

Poudlard : l’esquisse d’une nouvelle existence.
Notre entrée à l’école marqua l’aube de notre inéluctable séparation future car j’entrais à Serpentard et Ulrik à Gryffondor. Aucune animosité, aucune raillerie de l’un vis-à-vis de l’autre, nous étions tous deux déchirés de ce choix, même si au fond de moi, je n’étais pas vraiment étonné.

Notre scolarité fut fidèle à nos personnalités respectives : opposée. L’enfant sage devint le très bon élève et le garnement dissipé devint le cancre, celui qui cultivait les retenues et ne faisait jamais ses devoirs, ou les rendait avec un tel retard qu’il y avait prescription. Je ne suis jamais devenu Préfet malgré le fait que tout me disposait à ce poste. Je n’aimais pas que l’attention soit fixée sur moi et c’est toujours le cas aujourd’hui alors que mon jumeau, lui, aimait particulièrement fanfaronner… cela faisait partis de son charme et que nous soyons frères étonnait toujours.

C’est très tôt que je me suis intéressé aux pouvoirs de l’esprit, notamment à l’Occlumencie et la Légilimencie. Nous passions toutes nos vacances dans notre pays d’origine et je profitais de chacune d’entre elles pour apprendre ce que je pouvais sur cet art fascinant en mendiant des cours particuliers. D’une main je renforçais mon esprit et d’une autre je repoussais mon frère, ma chair, mon sang, sans même m’en rendre compte, du moins c’est ce que j’aimais à croire… La vérité était toute autre. Plus le temps passait, et moins je le trouvais digne d’intérêt. Ses frasques ne me faisaient plus rire, son manque d’esprit m’exaspérait et je ne supportais plus qu’il élève la voix. Je ne peux lui reprocher d’avoir recherché ailleurs ce que je ne lui offrais plus : de l’attention, de l’intérêt, de la fraternité.

Dans la famille Birgerjarl nous n’avions jamais aimé les moldus et nous avions toujours cru en la suprématie sorcière, mais Ulrik, lui, s’était radicalisé en même temps que ses relations. Ses fréquentations devinrent de moins en moins recommandables et il cessa de suivre ses cours. J’obtins mes BUSE et ASPIC avec brio alors que mon père chassa son second enfant de la maison en le déshéritant de surcroit, ne voulant plus que cet être soit associé au précieux nom de la famille. Mon frère n’était arrivé à rien qui vaille la peine et son mépris de l’autorité parental le rendait incontrôlable et Merlin sait à quel point le patriarche ne supporte pas qu’on lui tienne tête. Dès lors nous ne vécûmes plus jamais sous le même toit, nos aspirations divergeaient comme jamais et la déchirure s’agrandissait encore.

Du désir d’indépendance aux concessions.
Mon père, ma mère, ma petite sœur et moi-même quittâmes donc l’Angleterre, sans mon frère. Ma mère était dévastée… Je me souviens de ses gémissements et de ses plaintes et du regard noir que mon père lui lançait en guise de reproche. Elle laissait l’un de ses petits sur sa chère île natale et pour marquer cet événement, nous eûmes droit à une crise mémorable. Comme je l’ai méprisé ce jour-là… J’étais moi-même en deuil, emmuré dans mon silence mais je restais digne. Je quittais un pays auquel je m’étais profondément attaché, plein de bons moments et d’amis pour retourner sur une autre île cette fois sans intérêt et sans ma moitié. Je n’avais pas de très bons souvenirs d’Odense et je ne voulais pas en créer d’autres. Encore une fois, je me parais d’un masque et acceptais ce départ, pensant déjà à la façon dont j’allais enfin pouvoir me libérer de mon père sans imaginer ce qui m’attendait à mon arrivée.

Mon père avait en fait de grands projets pour moi. Dans mon dos, il fomentait des plans et pensait que j’étais dévoué à sa cause, son désir. Il voulait que je reprenne les affaires familiales, autant dire qu’il se berçait d’illusion. Je ne les supportais plus, lui et son autoritarisme incessant, d’autant plus que la finance ne m’intéressait pas le moins du monde, pas plus que le son de l’or. J’étais un sorcier, pas un commerçant, pas un banquier, mon domaine c’était la magie, le duel, l’apprentissage de nouveaux sortilèges, le dépassement de ses propres limites et bien sûr, celles des autres… Ce que je souhaitais le plus au monde c’était m’extirper de ce carcan qui m’étouffait jour après jour.

Comme si cela ne suffisait pas, la même semaine on m’annonça une nouvelle qui allait m’achever : j’allais me marier. A ce moment, j’ai envié Ulrik, ou qu’il fut, quoi qu’il fasse, dans sa pérégrination chaotique. Ma première idée fut de refuser et de fuir si cela avait été nécessaire. Cette fille n’était en rien une épouse, c’était juste une opportunité. Sigyn Skarggen était le dernier fragment d’une famille de sang-pur en lambeaux. Mise à part les derniers vastes terrains qui demeuraient encore, leurs économies frôlaient les abysses les plus vides à cause d’une sombre affaire de corruption qui eut raison d’un père qui sombra dans les affres du whisky pur-feu avant d’en mourir. Aux abois, la matriarche avait essuyé les refus catégoriques de toutes les familles de sang-pur danoises et lorsque mon père avait frappé à sa porte, l’invraisemblable et l’offense avaient laissé place à un deal finalement… très acceptable.

Cette nouvelle contrainte se révéla une bonne chose à bien y repenser. Sigyn allait devenir une arme contre mon cher père. Autant vous dire que lorsque je lui annonçais que je n’épouserais Sigyn que s’il me laissait libre d’exercer le métier de mon choix, j’ai entendu de multiples menaces mais rien ne sut me faire frémir. Je ne connaissais que trop son obsession pour la purification de son nom et s’il voulait sa catharsis, il n’avait pas le choix car il avait chassé Ulrik. Aux pieds du mur et les dents serrées, il accepta et je fus marié dans la foulée.

Les pérégrinations d’une âme.  
Ainsi j’étais enfin libre. Contrairement à ce que j’imaginais, trouver sa voie seul n’est pas chose aisée et maintenant que j’avais carte blanche, je n’avais pas droit à l’erreur. Je devais donc trouver un métier où je pourrais m’épanouir, exercer l’art du duel et apprendre sans cesse de nouveaux sortilèges tout en progressant en Occlumencie et Légilimencie. Très vite, il apparut qu’une seule profession pourrait me satisfaire. Je déposais ainsi ma candidature pour devenir membre de la Brigade Magique de mon Ministère. Même si mon père désavouait complètement mon choix par principe, j’avais enfin trouvé mon domaine, celui où j’étais le meilleur (du moins parmi les meilleurs, ne soyons pas trop vantard) et après quelques années, je passais de stagiaire à titulaire. J’étais devenu Forsvarer, l’équivalent d’Auror. Mon rôle était de traquer et d’enfermer les sorciers renégats, les hors la loi et bien entendu, surtout, les mages noirs. J’étais un membre exemplaire de la Brigade et mes états de services étaient eux aussi irréprochables. Les arrestations s’enchaînaient, les interrogatoires aboutissaient tous ou presque, me révélant aux yeux de mes comparses comme un être solide, impitoyable et intègre. J’ai d’ailleurs été amené à travailler avec les hommes du Ministère de la Magie de Grande-Bretagne, notamment Alastair Maugrey qui était un homme dont j’avais très vite apprécié le caractère prononcé et j’ose penser que cela avait été réciproque.

Au final, je ne gagnais pas autant d’argent que mon père l’aurait souhaité mais je m’épanouissais, tant que tout le reste était devenu pour moi secondaire, même mon épouvantail d’épouse (qui n’avait d’ailleurs jamais été au premier plan) grandement affaiblie à cause d’une maladie magique rare. Mon amour des sortilèges et de leur utilisation concrète n’était un secret pour personne. En revanche, tous ignoraient que je souhaitais explorer les entrailles de la magie, même si cela signifiait passer de l’autre côté. Je m’abreuvais de lectures obscures et interdites, mais je n’étais jamais réellement passé à la pratique, même s’il me semblait connaître la théorie jusque sur le bout des doigts. Il me manquait clairement quelque chose pour oser traverser le miroir, et cette chose allait bientôt se présenter à moi sous le nom de Rodolphus Lestrange.

C’est lui qui vint me trouver et si mon premier réflexe avait été de jouer de la baguette contre lui (car après tout je savais qui il était et que le Ministère anglais le recherchait avec ardeur), il montra patte blanche et m’annonça qu’il m’apportait des nouvelles de mon frère, Ulrik. L’entendre prononcer ce nom me fit un choc ; cela ne pouvait que signifier que mon jumeau était devenu un Mangemort, qu’il se battait pour Voldemort et que par conséquent, il était sans doute recherché par le Ministère. Au début j’ai cru qu’il était tombé et que Rodolphus venait m’apporter sa baguette mais fort heureusement, ce ne fut pas le cas. Je vais vous passer les détails, mais contrairement à ce que j’aurais dû faire en bon « Auror », j’invitais Rodolphus chez moi ; ce fut la première pierre à l’édifice de notre improbable amitié.

Il ne m’a pas fallu bien longtemps avant d’entrevoir ce qu’était Lestrange : un homme très intelligent particulièrement manipulateur, cruel et charismatique, ce qui faisait de lui quelqu’un de très dangereux. A l’époque, je ne voyais en lui qu’un criminel en fuite qui cherchait à se faire des contacts ou bien des assurances au cas où il serait aculé, et sans doute était-ce le cas mais j’étais avide de savoir ce qu’Ulrik était devenu. Ma culpabilité, cette impression de l’avoir abandonné se renforça lorsque Lestrange m’appris qu’il parlait souvent de moi -à ses amis les plus proches seulement- en des termes élogieux. Il avait changé de nom et se faisait appeler Albery Sheridan.
Je revis Rodolphus plusieurs fois et avec le temps je me surpris même à apprécier sa compagnie. J’eu bien du mal à me dévoiler, surtout que je n’avais pas confiance en lui mais il avait quelque chose d’attirant et nos accointances étaient évidentes. Il fut le premier à me parler de magie noire et ma curiosité dévorante me trahit, me poussant à sombrer davantage et à relever la noirceur qui m’habitait. Mon travail s’en fit ressentir. Je faisais partie intégrante de cette magie que mes collègues répugnaient et c’était bien pour cela que j’étais devenu d’autant plus efficace qu’eux. Maintenant je connaissais ceux que je traquais mieux que personne, je connaissais mieux les méandres torturés de leurs esprits viciés. Ce savoir allié à la Légilimencie me rendait plus qu’efficace : redoutable.

Ma femme tomba enceinte. Les Médicomages étaient inquiets de son état. Depuis qu’elle avait été malade, elle était incapable de faire un effort physique trop prononcé, alors tous redoutaient qu’elle doive supporter une grossesse et pire encore, un accouchement. Je lui suggérais de l’interrompre mais elle ne voulut rien entendre. Ce fut la première fois de sa vie qu’elle me tint tête et je n’ai pas insisté. Qui étais-je donc pour lui refuser l’unique bonheur qu’elle aurait dans son existence… Elle mourut neuf mois plus tard, sans oublier de me faire faire une promesse.
J’héritais d’une fille, du peu d’argent qui restait du nom des Skarggen et surtout de terres situées au Danemark. Rodolphus et moi étions devenus amis dans le plus grand des secrets. Il me visitait lors de ses exiles, me tenait au courant de ce qui se passait dans son pays, de ce qu’Ulrik devenait et je lui apportais ma protection.

Aux vues de mes excellents états de service je fus promu au rang de Chef de Brigade et peu de temps après ma fille entrait à Durmstrang.

Le destin fait ses jeux.
Je me suis longtemps demandé pourquoi Ulrik ne venait pas me voir lui-même. J’ignore s’il m’en voulait. Je l’avais évincé de ma vie, en parfait égoïste que je suis, et cela malgré l’amour que je lui portais et que je lui porte encore. M’estimait-il autant que Rodophus voulait me le faire croire ? Je faisais tout pour une garder le masque d’un flegme parfait et je suis même parvenu à me convaincre que c’était mieux ainsi.

Les évènements en Angleterre se sont détériorés. Je décortiquais la presse internationale en espérant de ne jamais y lire ce que je redoutais le plus, jusqu’au jour où un titre renversa mes espérances : Vodemort et le jeune homme qui le combattait, Harry Potter, étaient morts dans une bataille sanglante à Poudlard. On ne comptait plus les morts, qu’il s’agisse de Mangemorts, d’Aurors ou d’élèves. Une dernière fois, Rodolphus vint frapper à ma porte. Cette fois, il avait une baguette à me donner. Tué par des Aurors, c’était la fin d’Ulrik Birgerjarl.  

Comment décrire mon sentiment à ce moment… Cela ressemblait à l’amertume mêlée à une profonde et irrationnelle colère contre le monde entier y compris moi. Rien de cette nouvelle ne se répandit. Pour le Danemark et le monde entier, Ulrik Birgerjarl avait juste disparu du paysage depuis son enfance, déshérité, il n’avait plus d’importance pour personne. Si ma mère s’est effondrée lorsque je lui ai annoncé la nouvelle, mon père en revanche est resté particulièrement glacial, comme à son habitude et je le méprisais tant pour cela, sachant que ma propre mort ne lui ferait sans doute guère plus d’effet…

Décidé à laisser mon passé derrière moi, j’ai quitté la Brigade, prétextant vouloir changer d’air (ce qui n’était pas faux à bien y repenser), puis mon pays natal. Revendant la moitié des terres qui appartenait à mon épouse défunte j’ai acquis à mon tour une parcelle de terre ainsi qu’une grande maison non loin de Bristol. Bien des semaines passèrent avant que je ne me décide à trouver de nouveau un travail. Devais-je à nouveau entrer au service de la justice de l’Etat ? Je n’en avais plus envie. C’est un ami datant de l’époque où j’étais élève et avec qui j’ai renoué à mon retour qui m’informa qu’un poste d’enseignant était à pourvoir là où lui-même enseignait et que je pouvais tenter ma chance. Cette idée germa dans mon esprit et finalement, je prenais rendez-vous avec l’actuel Directrice de l’Ecole : le professeur McGonagall (C’était étrange de ne plus voir ce vieil homme au nez aquilin et aux lunettes en demi-lune derrière son bureau).
Notre entretien fut très courtois et même si je n’avais jamais trop aimé cette femme aux traits acérés, c’était une personne que je respectais tout de même.

Bien que je briguais le poste de DCFM, le seul poste libre concernait les Sortilèges. Le professeur Flitwick prenait sa retraite et me cédait donc sa place. C’était ça ou rien alors à bien y repenser, ce n’était peut-être pas si mal. J’acceptais, devenant ainsi enseignant à Poudlard m’écartant ainsi largement de mes aspirations initiales.

La première année se déroula sous les meilleurs hospices, bien que côtoyer des enfants ne me mettais pas dans les meilleurs dispositions. Je m’étonnais d’avoir finalement assez de patience pour supporter leurs couinements perpétuels et me surpris davantage à en estimer quelques-uns. Une fois l’année révolue, on me proposa de devenir le nouveau Directeur de la Maison Serpentard et j’acceptais sans trop hésiter. Après tout je devais me donner les moyens de reprendre le cours de ma vie et d’une autre part, je savais maintenant ma Maison entre de bonnes mains.

Et vous ?
► Où avez-vous connu le forum ? Sur Skype étrangement. J’ai subi un fort harcèlement moral (voire physique). –Lokize Rigel-
► Âge : 29 ans (Bientôt 30 faudra fêter ça)
► Niveau RP : Bon


Dernière édition par Stigandr Birgerjarl le Dim 29 Juin - 17:19, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Médicomage
avatar
Médicomage
Feat : Liv Tyler
Messages : 1685
Points rp : 1965
Localisation : Infirmerie de Poudlard

Identité du Sorcier
Age: 20 ans
Affiliation: Semper Fidelis
Métier: Apprentie médicomage

MessageSujet: Re: Stigandr Birgerjarl   Ven 21 Mar - 18:20

BIENVENUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUE !!! Officiellement cette fois xD

*va lire la fiche*

(Drago, si tu passes pas là, tu pourras me le laisser ? ♥)

_________________
 


Dernière édition par Rigel A. Black le Ven 21 Mar - 19:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealamande.tumblr.com/

avatar
"Draco dormiens nunquam titillandus"
Feat : Mads Mikkelsen
Messages : 97
Points rp : 1696
Localisation : Poudlard

Identité du Sorcier
Age: 48
Affiliation: Neutre
Métier: Professeur de Sortilèges et Directeur de Serpentard

MessageSujet: Re: Stigandr Birgerjarl   Ven 21 Mar - 19:11

Merciiiiiiiiiiiiiii ♥ -te donnera un bon point-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Stigandr Birgerjarl   Ven 21 Mar - 20:14

On est scorpion tous les deux ! Moi je dis que c'est un signe de futur entente cordiale ! xD hahaha

J'ai hâte d'avoir cours avec vous, j'aime les professeurs qui savent se montrer exigeant !

Et j'aime la tête inquiétante du personnage ^_^

Bienvenu parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Stigandr Birgerjarl   Ven 21 Mar - 20:32

Narviiiii ToT le nouveau prof il me fait peur x.X

J'ai ... je serais enchanté d'être obliger de suivre vos cours X)
Revenir en haut Aller en bas
Sorciers
avatar
Sorciers
Feat : Freya Mavor
Messages : 500
Points rp : 974
Localisation : Pérou

Identité du Sorcier
Age: 16
Affiliation: Neutre
Métier: Commentatrice de Quidditch délurée et géniale

MessageSujet: Re: Stigandr Birgerjarl   Ven 21 Mar - 20:40

HEY SALUT 8D Vous favorisez les bons élèves ? Non parce que j'suis grave trop forte en Sortilèges moi, hein, j'en invente même ! (et des fois ça marche... enfin, ça marchera un jour)
Donc si j'arrive en retard c'est pas grave n'estcepas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://moodyshae.tumblr.com/
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Stigandr Birgerjarl   Ven 21 Mar - 20:46

Quel succès ! Ton personnage a l'air super ! Very Happy

Bienvenue sur le forum !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
"Draco dormiens nunquam titillandus"
Feat : Mads Mikkelsen
Messages : 97
Points rp : 1696
Localisation : Poudlard

Identité du Sorcier
Age: 48
Affiliation: Neutre
Métier: Professeur de Sortilèges et Directeur de Serpentard

MessageSujet: Re: Stigandr Birgerjarl   Sam 22 Mar - 9:58

Narvi > les Scorpions, c'est les meilleurs !
Merci à toi et à très vite en classe j'espère ♥️ tu ne m'en voudras pas si je t'enlève des points et tout... (on sait jamais ça peut arriver What a Face )

Ena > Je serai très heureux de te terrifier davantage à chaque cours darling ♥️

Shae > En retard à mon cours ? Nannn pas grave du tout, la bienséance et la ponctualité ne sont pas du tout une priorité pour moi xD Je sens que ça va être sport  Boule de feu 

Thalie > Merci à toi. Y a moyen de bien s'marrer ♥️

Merci à tous pour votre accueil les gens, ça fait plaisir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Médicomage
avatar
Médicomage
Feat : Liv Tyler
Messages : 1685
Points rp : 1965
Localisation : Infirmerie de Poudlard

Identité du Sorcier
Age: 20 ans
Affiliation: Semper Fidelis
Métier: Apprentie médicomage

MessageSujet: Re: Stigandr Birgerjarl   Sam 22 Mar - 14:59

Un frère gryffondor et très agités rejeté par son père, une femme qui s'appelle Sigyn... Je ne vois à peine pas le lien xDDD En tout cas, je n'en doutais pas, mais ta fiche est excellente *o*

(au fait, tu risque d'avoir une groupie parmi tes élèves xD)

_________________
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealamande.tumblr.com/
Admin
avatar
Admin
Messages : 449
Points rp : 2485

MessageSujet: Re: Stigandr Birgerjarl   Sam 22 Mar - 15:06

Félicitations ! Te voilà validé. Encore une fois bienvenue. Voici quelques clefs du forum.

► Tu peux d'ores et déjà ouvrir ta fiche de lien ici. Si tu veux, il existe un code à disposition, mais tu peux bien entendu en faire un toi-même, en prendre un déjà fait ou même en demander un personnalisé à notre graphiste dévouée. Le modèle disponible se trouve ici.

► Te voilà prêt à rp, tu peux en faire la demande ici

► Dans la foulée, tu peux également ouvrir ton journal de bord ici, là aussi un modèle est à ta disposition. N'oublie pas, quand tu ouvres un rp, de bien mettre la date et d'indiquer son ouverture ici.

► Si tu désires être parrainé par un membre pour prendre pied sur le forum, comme il t'a déjà été proposé pour ta fiche, n'hésite pas à en faire la demande ici. De même, si tu es à l'aise sur le forum et désire aidé les futurs nouveaux, tu peux postuler comme parrain au même endroit.

► Pour la vie du forum, il est important de voter régulièrement aux topsites, peut-être même que c'est ainsi que tu es arrivé ici. Il y a des liens pour nos quatre topsites un peu partout, que ce soit sur la page d'accueil ou en bas, à droite, partout sur le forum. Tu gagnes un point RP tous les quatre votes, n'oublies pas d'indiquer ton nom sur la page de vote pour obtenir les points, qui sont comptabilisés chaque semaine. Les points servent entre autre à obtenir un double compte ou l'accès à des endroits spéciaux sur le forum.

► Si tu es un élève et que ça n'a pas encore été fait, je t'invite à aller indiquer ton année d'étude dans le champs de ton profil prévu à cet effet.

Il me semble avoir tout dit, si ce n'est, encore bienvenue et bon jeu parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nox-aeterna.faireforum.com

avatar
"Draco dormiens nunquam titillandus"
Feat : Mads Mikkelsen
Messages : 97
Points rp : 1696
Localisation : Poudlard

Identité du Sorcier
Age: 48
Affiliation: Neutre
Métier: Professeur de Sortilèges et Directeur de Serpentard

MessageSujet: Re: Stigandr Birgerjarl   Sam 22 Mar - 16:31

Wouah vous validez plus vite que votre ombre c'est top *.*

Rigel > J'étais obligée pour Sigyn, mais bon je me suis retenue, imagine que je pouvais appeler Ulrik, Thor et là... Oo ... là ça aurait été bizarre.
Fun pour la groupie mouwahahah !
Love ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Stigandr Birgerjarl   Sam 22 Mar - 17:51

Ena : Moi je le kiffe le nouveau prof ! >_< !

Monsieur Bigerjal, je serais ravi de suivre vos cours et de tenter de rester concentrer au moins une demi-heure sans interruption 8D !
Je ne vous en voudrais pas du tout de m'enlever des points

en particulier parce que je n'ai jamais compris à quoi servait la coupe des maisons et que je n'ai aucun esprit de compétition
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Stigandr Birgerjarl   Sam 22 Mar - 18:02

Larviiiii! pour moi la coupe c' est très important x) alors ne fait pas l'idiot !

Et il n'empêche que je n'ai rien contre le professeur, juste je le trouve effrayant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Stigandr Birgerjarl   

Revenir en haut Aller en bas
 

Stigandr Birgerjarl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Stigandr

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nox Aeterna :: Avant tout :: Présentations des Personnages :: Présentations validées-